À l’assaut de la région des grands lacs

Le lundi à 8h, nous arrivons à Temuco, après une nuit passée en car. Contre toute attente, les fauteuils étaient confortables et nous avons plutôt bien dormis.

Notre objectif, de la journée, c’est d’aller faire une balade de 5 heures dans le parc naturel Conguillio, qui se trouve à 1h30 en voiture de Temuco, puis de reprendre directement un car pour nous rendre à Pucon. Journée chargée en perspective ! Les bus ne menant pas jusqu’au parc, nous avions réservé une voiture de location chez Avis budget il y a deux jours. Nous nous rendons donc à l’agence indiquée sur notre guide et là, surprise ! C’est bien un loueur de voitures, mais pas le bon… Nous comprenons que l’agence a déménagé il y a peu, et est maintenant située en périphérie de la ville. Le gentil monsieur de l’agence nous commande un taxi pour nous y rendre. On finit par récupérer notre voiture et filons vers Melipeuco, puis de là vers le parc. On ne vous raconte pas la galère pour réussir à trouver la bonne direction pour sortir de la ville, on a dû demander notre chemin à 4 personnes avant de trouver la bonne direction.

Nous arrivons finalement à l’entrée du parc. Celui-ci se trouve à proximité du volcan Llaima, qui est encore actif (dernière éruption en 2008). La route pour y entrer passe en plein milieu des roches volcaniques, anciennes coulées de lave qui se sont solidifiées. Cela donne au paysage un côté lunaire ou désert de Dali, c’est magnifique. Le tout est entouré de montagnes, dont certaines sont recouvertes de neige au sommet. Notre balade va justement nous mener près de ces neiges éternelles et des cascades qui en partent. Sur le chemin nous croisons beaucoup d’araucarias, des arbres emblématiques de la région des lacs (l’Araucanie), qui font partie d’une famille de végétaux qui s’est développée avant nos gymnospermes (épineux) et nos angiospermes (feuillus). D’en haut, nous avons une vue panoramique magnifique sur le lac Conguillio et le volcan Llaima. Clou de la rando : on a la chance de voir un condor passer juste au dessus de nos têtes ! On redescend en petites foulées car nous devons être au plus tard à 19h à Temuco pour rendre la voiture.

Sur le chemin, on prend des auto-stoppeurs locaux. On tente de communiquer mais leur espagnol est incompréhensible (genre ils prononcent despues « daïpuay »). Vous vous souvenez de la galère pour sortir de la ville? Et bien on se retrouve dans la même galère pour retrouver la localisation de l’agence. En désespoir de cause Léa tente d’utiliser le GPS de son téléphone. Activation d’Internet quelques instants pour Google Map, au bout d’à peine une minute on reçoit un SMS de Free comme quoi le hors forfait dépasse 50€ et donc que le service est bloqué ! Même pas eu le temps de voir où on était… On finit par retrouver le chemin au talent (comprendre par une chance monstrueuse) et nous déposons la voiture à 19h pile !

Il ne nous reste plus qu’à aller prendre un car pour Pucon, à deux heures de Temuco, où nous arrivons à 22h sans avoir réservé de chambre. On va frapper à la porte de l’auberge la plus proche qui a une chambre de libre et nous nous effondrons sur notre lit. Demain, repos !

2 réponses sur “À l’assaut de la région des grands lacs”

Laisser un commentaire