Copacabana, la mer à 4000m d’altitude

On laisse La Paz derrière nous sans trop de regrets, et après 4h de trajet et une traversée où notre bus passe sur une petite barque, nous arrivons à une ville sur le bord du célèbre lac Titicaca, l’une des fiertés de la Bolivie et du Pérou. Oui le nom de cette ville vous est familier, mais ce n’est pas ce que vous croyez : vous pensez à une plage, située au Brésil, avec des températures en permanence estivales. Ici ce n’est pas la mer, mais un très grand lac, froid, et personne ne se baigne… En fait le nom de la plage brésilienne tire son nom de cette ville, à cause d’une promesse faite par un moine s’étant perdue au large des côtes brésiliennes.

Bref, l’intérêt de Copacabana est de pouvoir observer le lac de quelques points de vue, et d’être la porte d’accès la plus facile à l’Isla del Sol, une toute petite île qui présente aussi de très beaux paysages sur le lac. Après avoir pris nos quartiers, nous montons sur le point de vue le plus proche : le calvaire. Comme son nom l’indique, pendant une rude montée, on suit le chemin de croix de Jésus. Si ce genre de grimpette ne nous fait pas peur (on a vu nettement pire en Patagonie), l’altitude rend la montée sacrément plus ardue ! Mais on est récompensé par le panorama après la 14e et dernière croix. Le soir, on mange l’incontournable truite du lac, grillée ou sautée.

Le lendemain, on avait prévu de passer la journée sur l’Isla del Sol, en parcourant un chemin pré-hispanique la traversant du nord au sud. On apprend le matin même que la partie nord de l’île est en fait inaccessible, à cause de manifestations à propos d’une sombre construction non autorisée… On adapte alors le parcours en rayonnant du port sud de l’île, jusqu’à arriver au barrage. L’île est effectivement très belle et nous passons une journée très agréable. De plus, ça y est, on vient de compléter notre bestiaire des lamas : on a vu un alpaga !

Le soir, on se contentera de riz, cuit dans une eau bien bouillie. Menu bienvenu, car nos estomacs ressentent la différence sanitaire entre Chili où l’eau était potable, et la Bolivie où on se balade avec notre bidon de 6L d’eau, et où on évite fruits et légumes crus… Demain, finie la Bolivie, départ pour le Pérou !

Laisser un commentaire