Cusco, la ville impériale – épisode 1

Nous partons le 5 avril au matin en car direction Cusco. Nous passons la frontière péruvienne toute proche et longeons le lac Titicaca jusqu’à Puno. On se rend ainsi encore plus compte de l’immensité du lac, et nous croisons pleins d’alpagas ! Pas d’arrêt à Puno pour nous, pas le temps de trénasser. Nous traversons l’Altiplano péruvien pendant 7 heures et arrivons à Cusco à 19h. Il fait déjà nuit noire depuis 18h30 (nous avons reculé d’une heure en passant la frontière). Dans le taxi qui nous amène à notre hôtel, on aperçoit déjà un bout du centre historique et quelques très beaux bâtiments. Ça promet d’être une belle ville.
Nos estomacs allant mieux, nous nous faisons plaisir en allant dans un bon restaurant, découvrir le ceviche péruvien et manger des spécialités dont de l’alpaga.
Le lendemain matin, nous allons réserver auprès d’une agence un trek de quatre jours avec comme point final le Machu Picchu (sujet des deux prochains articles), avec un départ dès le lendemain. Nous pouvons commencer tranquillement la visite de Cusco. Le centre est vraiment magnifique, il y a bien sûr des bâtiments impressionnants tels que la cathédrale, des églises, des couvents, de belles maisons coloniales mais même les bâtiments plus simples sont en harmonie avec l’ambiance générale, avec des patios espagnols, et bien souvent des fondations et des murs incas. Cusco, signifiant »nombril » en quechua, était la capitale de l’Empire inca. Point très appréciable par rapport aux villes boliviennes que nous avons parcourues, il y a moins de circulation et même des rues piétonnes ! La plaza de Armas a vraiment de l’allure. Bref, on adore la ville. Nous profitons de l’après-midi pour visiter la cathédrale, très impressionnante autant au niveau de l’architecture que des œuvres que l’on n’y trouve (chaires finement sculptées en bois, rétables baroques surchargés d’or, etc.) On y découvre Saint Antoine, patron des objets perdus, auprès duquel les jeunes filles s’adressent pour trouver un bon fiancé (et un autre Saint auquel les hommes s’adressent pour se débarrasser de prétendantes^^). On continue notre parcours religieux (on a un billet commun pour tous ces monuments) avec l’église Saint Blaise, patron des… arêtes de poisson. Son premier miracle aurait été de sauver un enfant de l’étranglement par une arête de poisson. Top prestige ! C’est aussi le saint que les croyants viennent prier lorsqu’ils se sentent accablés (étouffés) par les problèmes de la vie. Puis viennent l’église Saint Christobal et le musée d’art religieux, situé dans une magnifique maison avec patio andalou. Pour finir, nous allons au musée du Machu Picchu, afin d’en apprendre plus sur ce lieu mysterieux, sa redécouverte, sa disposition, pour être plus alerte quand nous y serons.


Le soir, nous goûtons le fameux cuy (prononcé « couille ») : du cochon d’Inde cuit au four, normalement plat dominical. La bête est assez grosse pour nous sustenter tous deux, et le goût est vraiment particulier mais très bon.
Demain, nous disons au revoir pour quelques jours à Cusco. Nous partons à l’assaut du Machu Picchu !

Laisser un commentaire