De Villa Cerro Castillo à Cochrane : la suite de la Carretera australe

Villa Cerro Castillo ne comportant en tout et pour tout que deux rues, nous ne nous y attardons pas, et attendons à l’arrêt de bus une potentielle navette pour aller à Puerto Rio Tranquilo. Il faut savoir que lorsqu’on ne part pas d’un terminus, il est presque impossible de savoir combien de bus vont passer, à quelle heure, et surtout s’ils auront de la place ! En deux heures, nous voyons ainsi deux navettes pleines passer qui ne daignent même pas s’arrêter. Heureusement, il fait beau, on est entourés de beaux paysages et on sympathise avec des italiens et deux chiliennes qui ont fait la rando en même temps que nous. Finalement, un car accepte de tous nous prendre. Ouf ! Mais on doit faire le trajet debout… Quatre heures plus tard (pour parcourir 120 km, au milieu de somptueux paysages), nous arrivons à Rio Tranquilo, petit village situé au bord du Lago General Carrera, un immense lac aux eaux turquoises bordé à l’est par la cordillère des Andes que nous pouvons apercevoir.

Nous profitons de la fin d’après-midi pour faire une petite excursion aux grottes de marbre, pompeusement appelées « chapelle » et « cathédrale ». Celles-ci se sont formées par l’érosion de falaises calcaires jusqu’à former un réseau de cavernes. La couleur de l’eau les met bien en valeur, et c’est très joli à visiter à l’occasion d’une balade sur le Lago.

 

Le lendemain, nous nous prélassons au bord du lac (il fait encore très beau) puis prenons à nouveau un car pour descendre la Carretera australe jusqu’à Cochrane. La route, qui longe le Lago General Carrera, est toujours aussi belle. On y réserve nos prochains trajets et prenons nos quartiers dans un petit hospedaje pour deux nuits. Il n’y a en effet pas de bus pour le sud avant mercredi.

Une fois n’est pas coutume, nous passons notre mardi tranquillement à écrire, lire, réserver des billets d’avion/excursions, faire des courses, etc. On repart mercredi matin pour nos deux derniers jours sur la Carretera, avant de passer en Argentine.

PS : nous suspectons d’avoir été victimes de punaises de lit. Nous sommes tous deux couverts de piqures, alors que l’on a pas vu un seul moustique de notre séjour. On n’a en revanche pas trouvé trace de ces bestioles dans nos affaires… En tout cas, ça gratte !

Une pensée sur “De Villa Cerro Castillo à Cochrane : la suite de la Carretera australe”

Laisser un commentaire