El Chalten jours 1 et 2 : 42km à pieds

El Chalten est considérée comme la capitale du treking en Argentine… et il y a de quoi. Nous avons prévus trois jours pleins pour se faire un maximum de randos. On s’est inspiré du blog : lesglobeblogueurs.com pour les choisir, leurs photos étant à couper le souffle.

Le premier jour, le temps est au beau fixe, pas un seul nuage à l’horizon. Après avoir réglé deux-trois détails de bus, on se met en route pour la rando « Laguna Torre ». Même avant d’avoir quitté la ville, on est impressionnés par la vue du très connu Fitz Roy, montagne emblème de la ville, qui surgit des collines adjacentes.

Le Fitz Roy, visible de la ville

La piste est facile et avec peu de dénivelé. Après une petite montée dans les bois (où l’on a rencontré presque une dizaine de pics de Magellan), on parcourt la majorité du chemin en faisant face au Cerro Torre, la montagne aux pieds de laquelle se trouve la lac que l’on doit atteindre. Et celui-ci apparaît à la toute fin de la rando. C’est un paysage assez magique, avec le Cerro qui se reflète dans le lac, bordé par un glacier ! On voit des morceaux de glace flotter tranquillement dans le lac… Vous devinez qu’on n’a pas sortis nos maillots de bain !

Après être restés une demi-heure devant le lac pour le picnic, on a suivi le bord du lac pour s’approcher au plus près du glacier, qu’on surnomme maintenant « le cobra », on vous laisse deviner pourquoi, photo à l’appui.

La tête du cobra est recouverte de terre.

Si le chemin aller était assez paisible, nous avons croisé du monde sur le retour, dont deux français rencontrés à mille kilomètres de là, dans l’auberge de Puerto Rio Tranquilo ! Ils sont passés en Argentine par Chile Chico, nettement plus haut que Villa O’Higgins, et voie d’accès privilégiée pour traverser la frontière.

Le deuxième jour s’annonçait nettement moins bien. Beaucoup de nuages, du vent, et sûrement de la pluie. On part quand même pour la rando « Loma del Pliegue Tombado », qui donne un panorama sur plusieurs montagnes, ainsi qu’une vue en hauteur du lac d’hier.

Lors de la montée le temps est étonnamment bon, et on a le plaisir d’être vraiment seuls. La piste est en pente douce, en alternant entre chemins découverts et sous-bois. On rencontre quelques rapaces, beaucoup de vaches, et (peut-être) deux condors. Léa s’extasie sur les cailloux, Arnaud sur les champignons et les couleurs des feuilles… En haut, on voit le Cerro Torre et le Fitz Roy. C’est très beau, mais après 10min le temps se couvre, et le vent commence à souffler fort. Ni une ni deux, on descend rapidement entre les gouttes et les rafales, en conseillant aux quelques randonneurs de faire demi-tour, le sommet étant dangereusement exposé… sans grand succès.

Le temps de retourner à l’auberge, il est 13h30, on déjeune à l’abri des intempéries. Ouf ! On finit la journée à l’auberge, autour d’un café, en chassant les arcs-en-ciels par la fenêtre.

Laisser un commentaire