Fin de l’Argentine : le Perito Merino

Vu le beau temps à El Chalten, nous sommes restés plus longtemps que prévu, quitte à écourter notre séjour à El Calafate. Nous partons de El Chalten le 14 matin, le départ pour Torres étant prévu le lendemain. Les deux villes bordent en fait le même gigantesque parc naturel Los Glacieros, mais si El Chalten est réputée pour ses treks, El Calafate est la ville la plus proche du glacier Perito Moreno, l’un des plus grands et impressionnants spécimens au monde.

Le trajet vers El Calafate présente des paysages très différents de la Carretera chilienne. Lacs et forêts sont remplacés par des plaines quasi-désertiques et quelques collines rocheuses séparées par des canyons. On verrait surgir les indiens pourchassés par la cavalerie qu’on serait à peine surpris ! Perdus au milieu de ce paysage, on rencontre quelques guanacos (espèce de lamas).

À peine arrivés à El Calafate, nous reprenons un car en direction du glacier. En arrivant dans le parc naturel, on commence à l’apercevoir de loin, grosse masse de glace dévalant un flanc de montagne pour terminer dans un lac.

De très nombreuses passerelles sont disposées au bord du lac, et permettent d’aborder le glacier à bonne distance. Mais en se rapprochant du glacier, la surprise laisse peu à peu place à l’incrédulité. Le mur de glace est en fait beaucoup plus grand et haut que l’on imaginait. Ce qui se dresse devant nous est un véritable monstre de glace, de quelques kilomètres de largeur, et d’une hauteur émergée allant jusqu’à 70m ! Un colosse naturel, heureusement astreint à l’immobilité… ou plutôt qui en donne l’impression. Tous les glaciers glissent le long des montagnes, mais le Perito Moreno est particulièrement véloce, puisqu’il parcourt deux à trois mètres par jour ! Et loin d’être une force tranquille, il se rappelle à nous à chaque instant par des craquellements incessants qui s’apparentent à des coups de tonnerre et par des chutes de glaces animant le lac. Les photos donnent un aperçu du paysage, mais ne peuvent retranscrire les émotions qui se succèdent lorsqu’on est face à ce géant.

Après avoir parcouru le circuit, nous sommes revenus nous installer à un point de vue avec des petites pâtisseries, afin d’apprécier la vue sur le glacier alors que le Soleil descend à l’horizon, et que le parc se vide d’une grande majorité de ses visiteurs. Les icebergs à la dérive laissent songeur, et éliminent toute envie saugrenue de baignade… La surface du glacier n’est pas lisse, mais découpée en nombreuses pointes.

Nous repartons en bus à 19h30 pour El Calafate. Demain grand départ pour Torres del Paine, le parc naturel mythique de la Patagonie chilienne, et donc pas de nouvelles ni d’articles pour quatre à cinq jours ; mais promis, on reviendra avec pleins de photos !

Une pensée sur “Fin de l’Argentine : le Perito Merino”

Laisser un commentaire