La Paz, la plus haute capitale du monde

Nous arrivons à 8h du matin à La Paz, après une nuit tranquile en car (enfin, il paraîtrait qu’une roue à été changée en plein milieu de la nuit mais on dormait^^). La configuration de la ville est originale : le centre de la ville se situe dans une cuvette et les quartiers périphériques remontent sur les flancs. Quelques bâtiments sont sympathiques, mais globalement la ville n’est pas très belle et, encore une fois, saturée de circulation.


Comme d’habitude lorsqu’on arrive dans une nouvelle ville, nous nous trouvons un hôtel puis partons en exploration.
Sachant que nous ne comptions pas rester longtemps à La Paz, nous voulions aller visiter le site pré-inca de Tiwanaku, à 1h30 de La Paz. Ni une, ni deux, on attrape un minibus pour le cimetière d’où partent d’autres minibus pour Tiwanaku. On met déjà 45 minutes à sortir de la Paz, tellement la ville est étendue et la circulation importante. Arrivés à Tiwanaku, on achète nos billets (100 bolivianos contre 15 pour les locaux, on se sent un peu extorqués), puis grosse frayeur, on se rend compte que l’on a oublié l’appareil photo dans le bus ! On fonce dans la ville en espérant retrouver le minibus et, miracle, Léa identifie le minibus en train de reprendre des passagers pour La Paz et récupère l’appareil. Pfiou !
On peut enfin commencer notre visite et j’avoue que nous avons été un peu déçus. On s’attendait à des ruines grandioses, ou du moins impressionnante (le site est classé patrimoine mondial de l’UNESCO) mais il ne reste plus grand chose. On voit les vestiges d’une pyramide et de deux temples. Points d’intérêts cependant : la porte du Soleil (la fameuse dans Tintin) et un temple souterrain où des roches ont été taillées en forme de visages.

La porte du soleil


Nous revenons à La Paz en fin d’après-midi et nous baladons dans la ville, avant d’aller nous faire un bon restaurant pour goûter des spécialités du coin, mais tenu par un hollandais ! Délicieux repas, avec un assortiment très copieux de spécialités boliviennes.
Le lendemain matin, nous allons visiter le musée national d’éthnographie et folklore, situé dans un très beau bâtiment, qui comporte de belles collections de textiles, de masques et de parures en plumes. Nous admirons sur une place un peu plus loin, une horloge qui tourne à l’envers ! Commande du président Evo Morales qui veut s’affranchir des normes occidentales. En effet, ici, les cadrans solaires tournent dans le sens inverse de notre hémisphère 🙂


Fatigués par la ville, nous voulons retrouver un peu de nature. Nous embarquons donc dans un bus, direction le lac Titicaca, notre dernière étape bolivienne.
PS : c’est un moment très à-propos pour revenir sur un message codé du début du voyage. Pour ceux qui se souviennent, nous avions dû retourner à l’aéroport de Santiago 2 jours après notre arrivée. La raison est que l’appareil photo (n’ayant encore jamais servi) était tombé du sac d’Arnaud à l’aéroport Charles de Gaulle ! On s’en est rendu compte 30 minutes après notre départ. Coup de bol, on nous a informé au bureau de la compagnie à Santiago que l’appareil avait été retrouvé et que l’on pouvait nous le faire parvenir via le prochain avion (sans frais). Décidément, cet appareil nous aura causé bien des frayeurs !

Laisser un commentaire