Premiers jours en Patagonie chilienne

Lundi, nous sommes réveillés tôt par la pluie et le vent violent qui règnent dehors. Nous nous résignons quand même à nous lever car une navette est censée passer à 8h pour aller au parc Pumalin, où nous comptions faire une grosse journée de randonnée. Censée, car on ne la verra jamais arriver… Vues les rafales de vent, on décide de rentrer au camping où la tente commence se noyer dans une mare. Arnaud a le bon sens d’aller demander à notre hôte si une chambre à l’intérieur s’est libérée, et oui ! On se rapatrie en catastrophe à l’intérieur, où nous nous réchauffons près du poêle, prenons un café bien chaud et récoltons les conseils des voyageurs qui viennent du sud.
Bon, la journée de randonnée tombe à l’eau (ha ha) mais on ne se dégonfle pas. La pluie et le vent se calment en début d’après-midi et on apprend qu’une navette pour les thermes de Pumalin va passer. Les thermes ça ne nous tente pas mais ils sont situés à côté d’un petit sentier de balade dans le parc. Arrivés aux thermes, nous demandons au chauffeur de nous déposer au début du sentier, sur lequel nous nous baladons tranquillement 1h30. Le chauffeur est un peu spécial mais hyper curieux ! Il nous pose pleins de questions de physique, de biologie et autres.

   

Le soir, on va manger dans un ancien bus qui a été aménagé en restaurant. On y retrouve la fille de l’agro (pour ceux qui suivent) qui s’y est faite engagée comme serveuse pour une semaine !

Le lendemain, c’est reparti sur la carretera australe. On prend un bus vers le parc Queulat (6 heures de trajet) où nous voulons absolument faire une balade que tout le monde nous a conseillée. La route est en très mauvais état et un caillou finit par crever le conduit d’air comprimé alors que nous sommes au milieu de nulle part… 20 minutes plus tard on repart, le chauffeur ayant réussi à boucher le trou avec sa ceinture (oui oui, sa ceinture !), et nous arrêtons à la ville suivante dans un garage.

On finit par arriver au parc Queulat où nous faisons une très belle balade de 2h30 dans le « bosque encantado », un bois rempli de mousse qui conduit à un glacier, un lac et de nombreuses cascades. Il pleut mais ça en vaut le coup. Les photos ne rendent malheureusement pas hommage au lieu qui était vraiment magnifique 🙂

Nous redescendons ravis, avec pour objectif d’attendre une navette censée passer à 17h pour Coyhaique (encore 4h de trajet) ou essayer de faire du stop.
Alors soyons clairs, le stop c’est tout pourri, encore plus sous la pluie, et encore plus quand 10 voitures passent en 3 heures (littéralement). À 18h30 la navette n’est toujours pas passée et on commence à désespérer. Un gentil couple de chiliens, Miguel et Carolina, avec leur fils, Tomas, nous prennent finalement en stop pour aller à leur village, qui se trouve à 80km avant Coyhaique. Ce n’est pas l’idéal mais ça nous rapproche et il y a des hôtels là bas. Une heure de route plus tard, on voit la navette pour Coyhaique juste derrière nous ! Miguel klaxonne, Tomas fait un signe au chauffeur et la navette s’arrête pour nous prendre. On arrive à Coyhaique à 22h30, épuisés, et trouvons facilement une chambre pour passer la nuit.

Ces deux premières journées en Patagonie ne se seront pas tout à fait passées comme prévues, notamment à cause du temps qui est assez caractéristique de la région. Le temps s’annonce plus clément pour les jours suivants, et nous comptons bien en profiter pour assouvir notre envie de balades !

Une pensée sur “Premiers jours en Patagonie chilienne”

Laisser un commentaire